le bâton de paroles

Protection de l'environnement et des êtres vivants
 
AccueilPortailGalerieS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Les Mygales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nénakohe
administrateur
administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2185
Age : 47
Localisation : Lot
Loisirs : moto, country music, les amerindiens , les animaux, le dessin
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Les Mygales   Mar 24 Avr - 9:34

Comme nous le savons les areignées ont leur place dans les legendes Amérindiennes, c'est une areignée qui à tissé le premier capteur de reves

Même si elles ne sont pas des insectes (elles ont 8 pâtes alors que les insectes en ont 6), je vais vous parler d'une famille particuliere d'areignée

LES MYGALES


Peut-être aimez-vous particulièrement les araignées ? Ou en avez-vous farouchement peur ? Que pensez-vous des mygales, ces créatures velues aux 4 paires de pattes et aux 8 yeux… ?
Comme pour beaucoup d’espèces vivantes, si nous avons parfois peur des araignées, la raison est simple : nous les connaissons mal.

Ce sujet a pour but de réhabiliter les araignées, de mieux les connaître et de les démystifier. Les araignées, et en particulier les mygales, font parti de notre environnement et sans elles, bien des déséquilibres pourraient venir troubler notre paisible quotidien…



voici la theraphosa halala belle bete


Classification ben voui on commance par le debut non mais

Certaines espèces d'araignées parmi les 35000 connues à ce jour, ont la particularité d'atteindre des tailles hors du commun. Il s'agit du groupe des MYGALES. Dans l'esprit des populations occidentales, les mygales représentent des sortes de grosses araignées velues, aux longues pattes et à l'envergure démesurée.
Le terme de MYGALE (n.f.) vient du grec mugalê, qui signifie "musaraigne" (de mus, rat, et galê, belette).

La description des mygales, comme de toute famille d'organismes vivants, fait appel à une science : la TAXINOMIE ou « Systématique des Espèces ». Cette science repose sur des lois permettant de classifier les êtres vivants selon une hiérarchie pyramidale, à l'aide de critères bien définis. La Taxinomie rend possible aujourd'hui une meilleure connaissance du monde des mygales, dont la variété d'espèces qui peuplent la Terre n'aura pas fini de nous émerveiller.
L'embranchement des arthropodes regroupe en fait tous les organismes invertébrés (c'est à dire ne possédant pas de véritable colonne vertébrale) à squelette externe chitineux, dont le corps est segmenté et dont les membres, ou appendices, sont articulés. On y trouve les insectes évidemment (dont ne font pas partie les araignées), les crustacés, les myriapodes, et les arachnides.
La vaste classe des arachnides quant à elle regroupe plusieurs familles tels que les scorpions, les uropyges, les amblypiges, les palpigrades, les ricinuléides, les pseudo-scorpions, les solifuges, les opilions, les acariens et les aranéides. Tous les arachnides ont comme points communs la présence de crochets venimeux appelés chélicères, et de 4 paires de pattes locomotrices, soit au total 8 pattes servant donc principalement à la locomotion.

Suit l'ordre des aranéides, enfin, qui regroupe toutes les araignées, petites ou grandes. Les mygales quant-à elles, sont regroupées dans le sous-ordre des mygalomorphes, puis dans la famille des THERAPHOSIDES. Nous y voilà.

et voici une chomatos elle est en plein repas ne la derangez pas


Les notions de « sous-famille », « genre » et « espèce » permettent quant à elles d'affiner la détermination du groupe d'appartenance de chaque individu.

MORPHOLOGIE ET ANATOMIE mais qu'elles sont belles

Présenter ici une liste interminable de noms scientifiques barbares ne serait d'aucune utilité. Cette rubrique ne se veut pas exhaustive, mais a simplement pour vocation de donner un aperçu clair et concis des principaux organes et de leur localisation chez une araignée.

Le corps des mygales est composé de 2 grandes parties : un céphalothorax, et un abdomen.



et voisci une maman phryxotrichus


LE CEPHALOTHORAX

Le céphalothorax regroupe la tête et le thorax qui se trouvent fusionnés, d'où son nom ("CEPHALO-THORAX"), contrairement à ce qu'on trouve chez les insectes comme les guêpes et les abeilles par exemple, où la tête et le thorax sont bien individualisés. Le céphalothorax porte 4 paires de pattes locomotrices, 2 pédipalpes, et les organes comprenant les crochets venimeux, appelés chélicères.

Chaque chélicère comprend 2 parties : l'une massive appelée article basal, contenant la glande à venin, et l'autre consistant en un crochet articulé, par lequel sera éjecté le venin, sur le même principe que la seringue :

Les pédipalpes quant à eux n'interviennent pas directement dans la locomotion, en revanche ils possèdent un rôle tactile important, permettant entre autre la reconnaissance des obstacles rencontrés lors du déplacement.

La majorité des araignées ont 8 yeux, et les mygales ne dérogent pas à la règle. Leur disposition permet de distinguer les différentes familles d'aranéides entre elles. Ces yeux sont situés généralement dans une région occulaire sur la face antéro-dorsale du céphalothorax. Cependant, ils ne permettent pas d'obtenir une vision très performante et la majorité des araignées ont une vue médiocre.
La bouche, enfin, se situe sur la face ventrale du céphalothorax. Elle est masquée la plupart du temps par des poils denses, et par les crochets venimeux repliés.

L’ABDOMEN

On retrouve dans l'abdomen de l'araignée les organes vitaux tel que le coeur, qui fait circuler le sang incolore appelé HEMOLYMPHE. Il y a également les poumons et les trachées, qui participent à la respiration.

AVERTISSEMENT AUX LECTEURS : le schéma de l'anatomie interne présenté plus haut montre les détails anatomiques communs chez toute araignée femelle normalement constituée. En revanche, quelques différences spécifiques caractérisent l'anatomie d'une mygale, qu'il est important de signaler :
- Tout d'abord chez les mygales, les 2 crochets venimeux sont parallèles entre eux et s'articulent dans un plan vertical, lui-même parallèle à l'axe du corps. En fait, les crochets s'enfoncent dans une proie à la manière des crochets des reptiles tels que les serpents. Ce détail mérite d'être souligné car il prouve que les mygales sont des araignées primitives sur le plan évolutif, comparées aux autres groupes d'aranéides. Pour ces dernières, les crochets venimeux se trouvent en opposition l'un à l'autre et s'articulent en "tenailles", dans un plan perpendiculaire à l'axe du corps.
- Autre particularité propre aux mygales, la présence d'organes bien développés et très visibles à l'oeil nu : les FILIERES, qui participent au tissage de la soie. Les filières existent chez toutes les araignées, mais sont plus développées chez les mygales (filières postérieures). Chez les espèces d'araignées beaucoup plus primitives, on retrouve ces organes au milieu de la face ventrale de l'abdomen, et on pense que les filières ont migré justement vers une position plus terminale de l'abdomen au cours de l'évolution.
- A noter que chez la femelle, on trouve des ovaires qui n'existent évidemment pas chez le mâle. En revanche, ce dernier possédera des organes copulateurs situés sur les pédipales, ce qui permet une reconnaissance du sexe de l'individu mature (adulte) par simple observation.
- Enfin, bon nombre d'araignées possèdent 2 types d'appendices participant à la respiration : les poumons et les trachées. Sachez que chez les mygales, seuls subsistent les poumons.

LE PHENOMENE « NAC » (Nouveaux Animaux de Compagnie »)

Il faut savoir avant toute chose que les mygales sont, et restent, des animaux sauvages et venimeux. L'effet de mode et l'innommable trafic commercial amènent des idées fausses à proscrire. Sans doute avez-vous déjà entendu parler des "NAC" (Nouveaux Animaux de Compagnie), dont les mygales, reptiles et autres espèces exotiques seraient les dignes représentants ! Comme si une araignée ou un serpent pouvaient être domestiqués ("donne la papatte !")... Ridicule, et dangereux qui plus est.

Certaines personnes partent avec l'idée d'élever à la maison une nouvelle bestiole à 8 pattes, dans le seul but de manipuler et triturer à chaque visite d'amis à épater, histoire de placer l'animal sur les gros doigts boudinés de la petite copine ou du vieil oncle terrorisé. Grave erreur. Mettez-vous à la place de l'animal qui vous perçoit, vous représentez une menace potentielle et une importante source de stress pour lui, car ce dernier ne peut pas connaître de prime abord vos intentions.

Une mygale ne sera jamais un animal de compagnie, et les manipulations en élevage sont d'ailleurs à limiter au maximum (voir le chapitre Consignes de manipulations sur MYGALES DU MONDE).

De plus, les animaux qui ne vivent pas à l'état sauvage sous nos latitudes nécessitent des exigences spécifiques qu'il faut connaître. Il est donc fortement recommandé aux néophytes de se renseigner au préalable sur les contraintes, les obligations sanitaires et les dangers inhérents à l'élevage. En résumé, si vous avez une subite envie de nouveauté ou de sensationnel, mieux vaut passer votre chemin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dutipialatonnelle.heberg-forum.net/forums.html
Nénakohe
administrateur
administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2185
Age : 47
Localisation : Lot
Loisirs : moto, country music, les amerindiens , les animaux, le dessin
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Les Mygales   Mar 24 Avr - 9:35

Des Mygales en France

En France, il n'existe qu'une vingtaine d'Espèces de Mygales regroupées dans 3 Genres : Atypus Latreille, 1804 (Famille des Atypidae) ; Cteniza Latreille, 1829 (Ctenizidae) et Nemesia Audouin, 1826 (Nemesiidae). La Famille des Ctenizidae et des Nemesiidae regroupe des membres qui creusent des terriers qu'on nomme des " chaussettes ", mais dont la partie supérieure se termine par un opercule, une sorte de couvercle articulé avec de la soie. La plupart des Mygales françaises ont pour préférence le sud de la France, la région méditerranéenne (on en trouve aussi en Corse).
Répartition d'Atypus Latreille, 1804
Dans le Genre Atypus, on observe 3 Espèces : Atypus affinis Eichwald, 1830 ; Atypus muralis Bertkau, 1890 ; Atypus piceus (Sulzer, 1776). C'est Atypus affinis que l'on trouve le plus dans le nord de la France (jusqu'en Bretagne), sa répartition étant plus vaste que celles des 2 autres Espèces. Elle est commune dans toute la France mais aussi présente en Espagne et en Afrique du nord, ne rechignant pas à s'installer au niveau de la mer (île de Porquerolles dans le Var). Le Danemark marque sa limite nord en Europe. En 1993, cette Mygale est connue pour vivre à moins de 20 km au sud de Paris. Atypus piceus ressemble à Atypus affinis mais est nettement plus rare en France, elle est plutôt localisée en Suisse, en Allemagne, en Hollande... On la trouve aussi en Iran. Atypus affinis est également la plus grosse Espèce du Genre, mais pas la plus grosse de " nos Mygales ". Certaines femelles d'Atypus affinis peuvent cependant atteindre jusqu'à 22 mm (en prenant en compte les chélicères).
La biologie d'Atypus Latreille, 1804
De 4 à 6 ans de croissance. Durée de vie : 2 à 7 ans, au moins, pour une femelle. Le mâle vit moins longtemps et sa croissance est plus rapide (1 ou 2 mues de moins que la femelle, sans doute). Une fois adulte en automne, le mâle part à la recherche des femelles qui, comme les jeunes, restent dans leur terrier dans l'attente d'une proie providentielle. Une fois qu'il a repéré chaussette de l'une d'entre elles (grâce aux phéromones qu'elle aura laissées près de son nid), il tambourine contre le tube de celle-ci avec ses pattes antérieures et ses pattes mâchoires et s'il n'est pas repoussé, va déchirer la soie pour s'accoupler. Le couple peut vivre quelques temps ensemble, pendant l'hiver. Mais le mâle finit par devenir sénile et mourir et est souvent dévoré par sa partenaire. Durant l'hiver, les Atypus entrent en diapause après avoir obturé la partie aérienne du terrier.
De fin juin à septembre (en général, fin juin ou en juillet), la femelle pond de 80 à 150 oeufs qu'elle dispose dans un cocon, plutôt dans la partie supérieure et souterraine du nid (soit environ 10 mois après l'accouplement). Le cocon ovigère ressemble à un petit sac de tissu blanc et serré. Au bout de quelques semaines (vers la fin de l'été), sortent de petites larves (ou postpullus) au corps dépigmenté et sans soies (ce que l'on nomme souvent des " poils "). La larve ne se nourrit pas et se déplace fort peu... Elle mue environ 2 semaines plus tard et donne enfin un animal pourvu de pigments, soies sensoriels et autres organes et est capable aussi bien de se nourrir que de filer (taille : environ 1 mm). Elle garde, malgré tout, quelques-uns des caractères du postpullus (ou stade préjuvénile ou prénymphal). La mère les tolère bien dans son nid durant tout l'hiver. Dès que le préjuvénile a mué pour donner une Araignée plus proche de l'adulte, il quitte le terrier maternel avec l'essaimage aéronautique connu chez beaucoup d'autres Espèces d'Araignées, notamment des Aranéomorphes (" Araignées vraies "). Le départ peut aussi être terrestre, ce qui explique parfois une faible dispersion et donc des terriers en grands nombres dans un même lieu. Etant donné la taille des jeunes, dans un terrain dégagé, la dispersion pourrait se réaliser comme chez nombre d'Aranéomorphes, de façon aéronautique : en tissant un fil de soie et en se laissant emporter par le vent. Chaque jeune construit donc son nid individuel où il se nourrira, effectuera sa croissance jusqu'au stade adulte. Et le cycle recommence. Il est probable que les Atypus aient une mue postnuptiale après la ponte, comme chez les Ctenizidae, soit 1 par an.
Les Atypus sont massives, ont des pattes courtes bien adaptées à leur vie terricole, souvent un abdomen bien gonflé et semblent même un peu gourds en dehors de leur nid (elles bougent peu, ne semblent pas très vives lorsqu'on les sort de leur tube de soie...) : elles attendent les proies dans leur " chambre-retraite " souterraine, tout au fond du terrier. Il n'y aura pas de poursuite. Elles capturent les proies à travers la soie de leur chaussette qu'elle déchire pour l'occasion (leurs chélicères sont très développés et donc des " outils " idéaux pour cette méthode particulière de chasse). Ainsi, dès qu'une proie marche sur la partie supérieure du nid, l'Araignée la détecte et se précipite pour la mordre sans être vue. Puis, elle déprime la paroi du tube et pratique deux fentes dans la soie avec ses chélicères, en les utilisant comme de simples ciseaux. Elle rentre alors la proie dans le terrier et la déguste au fond. Le nid sera bien sûr remis en état. La taille de la chaussette : de 15 à 50 cm en dessous de la surface, en prenant en compte le fait qu'une partie du tube de soie dépasse du sol (5 à 12 cm). La partie souterraine (la partie la plus importante du nid) s'enfonce à l'oblique dans le sol. La partie aérienne est, en outre, agrémentée de terre, de sable, de mousse (...) à l'extérieur et se confond bien avec le milieu ambiant (elle est fibrineuse et rugueuse, même au niveau de la partie souterraine). L'extrémité du nid se termine en pointe et est régulièrement relevée et maintenue par des fils de soie. L'intérieur de la chaussette est blanche et lisse.


Mâle Atypus affinis Eichwald, 1830 - cliché d'Emmanuel Delfosse

Leurs prédateurs : d'autres Araignées (Gnaphosidae), des Guêpes parasites (Aporus unicolor - Ichneumonidae mais aussi des Pompilidae), des Rongeurs, des Oiseaux... Leurs préférences : un terrain calcaire ou terrain sablonneux, un substrat fait de terre et de sable et des pierres, des racines ou des troncs d'arbres pour disposer la chaussette à proximité. Lorsque le nid est accolé à un arbre, la partie souterraine a tendance à s'enfoncer au niveau des racines. On les trouve aussi bien dans des endroits sombres que sur des lieux ensoleillés, mais la végétation est généralement courte, peu fourni. On l'observe même installé du côté ensoleillé de certains monticules des Fourmis Lasius flavus (Fabricius) !
L'élevage d'Atypus Latreille, 1804
Il n'est pas évident d'élever ce type de Mygale mais cela peut fonctionner si l'on tient compte du substrat et de certains problèmes techniques (taille de l'enceinte d'élevage, forme de l'enceinte d'élevage, le pourcentage d'hygrométrie, la température, le substrat...). On peut élever Atypus dans de petits terrariums (2 vitres verticales suffisent) ou des bouteilles (du genre bouteille Volvic, par exemple) ou un mélange des deux (...) avec un peu de terre et de sable comme substrat (on tiendra compte du substrat naturel de l'animal pour son bien être). Une certaine aération semble nécessaire pour leur bien être ainsi qu'un peu d'humidité. C'est le soir que l'Araignée creusera son nid, restant pratiquement inactive dans la journée, comme hébétée par sa récente capture. Le lendemain, on aura la surprise de ne plus la voir et de chercher son nouveau nid. Grâce à ses chélicères puissantes, elle creuse rapidement le substrat sur plusieurs centimètres. On peut aussi en trouver une, un jour sortit de son terrier en plein jour : on peut très bien s'apercevoir qu'elle est morte, sans raison apparente. Quelque chose ne lui convenait pas. Cette situation peut même être plus rapide : l'animal ne creuse pas ou ne se met guère au travail dans son nouvel élément, il semble apathique et ne se nourrit pas ou peu et finit par mourir. Une température de 22-23° C semble convenir mais il faudra penser à l'hiver. L'animal sera donc transféré de la pièce d'élevage à une cave ou dans un garage pour tenir compte de la diapause naturelle (passer progressivement de la température du laboratoire à celle du garage, un peu comme pour des Scorpions Euscorpius flavicaudis (de Geer, 1778) ou certains Papillons sous forme d'oeufs ou de nymphe). Il faudra surveiller de temps en temps l'enceinte d'élevage (veiller à l'humidité, vérifier, si on le peut, que l'animal est en bonne santé). Puis, lorsque les beaux jours reviennent, remettre la cage d'élevage de la Mygale dans le laboratoire (en prenant soin d'augmenter la température progressivement). Les proies telles que des Grillons [Acheta domestica (Linné, 1758) ; Nemobius sylvestris (Bosc, 1792)], des Blattes [Nauphoeta cinerea (Olivier, 1789)] ou des Mouches (Lucilia Robineau-Desvoidy, 1830 sp.) semblent appréciées mais pas toujours capturées rapidement.
Quoi qu'on fasse, l'élevage reste délicat et demande davantage de temps que pour bien d'autres Araignées Mygalomorphes exotiques élevées plus couramment, notamment celles de la Famille des Théraphosidés [Avicularia metallica Ausserer, 1875 ; Brachypelma albopilosum Valerio, 1980 ; Lasiodora parahybana Mello-Leitao, 1917 ; Psalmopoeus cambridgei Pocock, 1895...].
Un éleveur a tenté de garder un cocon capturé avec une femelle. Celle-ci le délaissant, il a entrepris de le mettre dans une sorte de couveuse, celle qu'on utilise pour des Mygales plus grandes (toujours des Theraphosidae) : un récipient de type pot de confiture, percé de petits trous, que l'on remplit au ¾ d'eau. Au-dessus du liquide, on installe un morceau de tissu qui sera bloqué par le couvercle et donc qui ne tombera pas dans l'eau. Les oeufs ont moisi rapidement, mais l'erreur de l'éleveur est peut être d'avoir enlevé la soie du cocon, entièrement, et ainsi peut être " contaminé " les oeufs d'une manière ou d'une autre ? On aurait aussi pu suspendre le cocon, avec les oeufs, dans un récipient avec un peu d'humidité.
Mise en garde
D'une étude a l'autre, les chiffres varient énormément (humidité, hygrométrie, taille des Insectes...). Par conséquent, il convient d'adopter une attitude circonspecte en égard aux chiffres donnés. En effet, l'immuabilité en entomologie n'est pas une règle. Rappels : ne pas mettre trop d'humidité et ne pas oublier de nourrir les Mygales, ne pas arroser directement les Araignées, elles n'apprécient pas. Attention a la moisissure. Attention a vos doigts...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dutipialatonnelle.heberg-forum.net/forums.html
VIE TA VIE
Ehane
Ehane
avatar

Masculin
Nombre de messages : 953
Age : 57
Localisation : audresselles calais
Loisirs : nature tofs moto
Date d'inscription : 26/04/2007

MessageSujet: Re: Les Mygales   Jeu 26 Avr - 23:04

alors la j aime pas fort les araignees Crying or Very sad mais je dois admettre et meme si cela peut paraitre bizarre,elles ont une certaine intelligence,j ai eu une maison qui etait le refuge de ces bebettes et jamais j en ai tue une pourtant t avais des sacres bestios,je me suis fait jamais mordre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amitie-1960.forums-actifs.net/
Nénakohe
administrateur
administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2185
Age : 47
Localisation : Lot
Loisirs : moto, country music, les amerindiens , les animaux, le dessin
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Les Mygales   Jeu 26 Avr - 23:11

Si tu ne les embetes pas y a pas de raison qu'elles te mordent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dutipialatonnelle.heberg-forum.net/forums.html
VIE TA VIE
Ehane
Ehane
avatar

Masculin
Nombre de messages : 953
Age : 57
Localisation : audresselles calais
Loisirs : nature tofs moto
Date d'inscription : 26/04/2007

MessageSujet: Re: Les Mygales   Jeu 26 Avr - 23:22

pour les serpent c est pareil je pense
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amitie-1960.forums-actifs.net/
Nénakohe
administrateur
administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2185
Age : 47
Localisation : Lot
Loisirs : moto, country music, les amerindiens , les animaux, le dessin
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Les Mygales   Jeu 26 Avr - 23:23

biensur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dutipialatonnelle.heberg-forum.net/forums.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Mygales   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Mygales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MYGALES
» Mes mymys ( ! Photos mygales ! - Vous êtes prévenus )
» Elevage de mygales
» les mygales ne sont pas mortelles !
» echange mygales contre insecte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le bâton de paroles :: la faune :: Les insectes-
Sauter vers: