le bâton de paroles

Protection de l'environnement et des êtres vivants
 
AccueilPortailGalerieS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Les Cris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nénakohe
administrateur
administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2185
Age : 47
Localisation : Lot
Loisirs : moto, country music, les amerindiens , les animaux, le dessin
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Les Cris   Jeu 19 Avr - 21:48

"Eeyou Astchee"


(signifie "Notre Territoire")


Les Cris font parties des premières Nations Amérindiennes d'Amérique du Nord. Ils se situent principalement au Québec et en Ontario.

Au Québec, les Cris vivent dans neuf communautés, au nord du 49e parallèle, dans la grande région de la Baie-James.

Chacune de ces communautés a un caractère particulier qui provient de son environnement physique et de son architecture. Mais toutes sont situées proches de majestueux lacs ou rivières. Certains villages se situent le long des côtes de la Baie-James les autres à l'intérieur des terres.


La construction du barrage hydroélectrique Robert Bourassa et son ouverture en 1981, a forcé la population crie qui vivait sur l'île du Fort George à déménager. Les maisons et même l'église ont été transportées par barge sur la rive de la baie James où se situe actuellement le village de Chisasibi. Aujourd'hui, Chisasibi possède un centre commercial, un hôpital et un centre communautaire très important.

Plus au nord, on trouve le village de Whapmagoostui construit sur les rives de la baie d'Hudson, à l'embouchure de la Grande rivière de la Baleine. Elle est adjacente à la communauté Inuit de Kuujjuarapik. On y accède uniquement par avion ou bateau, car aucune route ne relie cette communauté au réseau routier du sud.

Les villages de l'intérieur des terres.


Waswanipi a été implanté sur son site actuel en 1969. C'est le village situé le plus sud, juste en bordure de la route 113, qui conduit vers Chapais ou Senneterre.

Oujé-Bougoumou, est le plus récent des villages, érigé en 1992. Son architecture et ses installations très avant-gardistes de chauffage à eau chaude dans les maisons et les édifices lui ont valu un prix de l'ONU, en 1995. Ce prix récompense le fait d'avoir réuni dans un même projet les valeurs traditionnelles et les avantages de la vie moderne dans un village autochtone.

Mistissini surplombe le lac Mistassini, la plus grande étendue naturelle d'eau douce du Québec, véritable mer intérieure.

À Nemaska, établi en 1978, l'architecture du centre administratif du Grand Conseil des Cris du Québec, rappelle la forme d'une oie. Le village est situé proche du magnifique lac Champion.

L'on retrouve également des cris dans les villes de l'Abitibi comme Val d'Or, Matagami, Chapais. Ils tiennent souvent des commerces. La population crie, au Québec, s'élève à plus de 12 000 personnes dont 60% ont moins de 20 ans. Les jeunes sont considérés comme une grande force de leur avenir.

Pour aller à la Baie-James !


En 1986, l'ouverture de la route de la Baie-James, la Trans-Taïga, a considérablement diminué l'isolement des villages cries. Cette route, longue de 690 kilomètres entre Matagami et Chisasibi, constitue un élément de changement important dans le mode vie des Cris. Les échanges avec l'extérieur sont, depuis, beaucoup plus faciles et importants. Les Cris voyagent en avion, par l'intermédiaire de leur compagnie Air-Creebec et en auto.

Températures !


En janvier, les températures moyennes varient de moins 30o C à moins 16o C, alors qu'en juillet, elles sont entre 8 C et 19o C.
Le sol et les cours d'eau peuvent commencer à geler à partir d'octobre et, souvent, ne dégèlent pas avant le mois de mai. La neige est abondante, mais souvent balayée par des vents violents, le blizzard, surtout sur la côte


Tente de prospecteur

Par contre, en juillet, à Waswanipi, à Mistissini, les moustiques sont présents.

Le cri, une langue syllabique


La grande majorité de la population Cri parle la langue crie à la maison et dans les communautés. L'anglais est également utilisé comme langue seconde. Dans la plupart des villages, le français est la troisième langue qui gagne en popularité dans les écoles. Ainsi, les jeunes pourront communiquer davantage avec les non-autochtones Cela facilitera beaucoup, dans l'avenir, le commerce, le travail, les négociations et l'amitié !



Plusieurs organismes s'occupent de sauvegarder la présence et la qualité de la langue crie. Le Centre d'éducation culturelle crie de la Baie-James enregistre des légendes et publie des livres en cri. Les conseils de bande favorisent de plus en plus l'utilisation du cri comme langue de travail dans les communautés. Le centre d'éducation des adultes SABTUAN offre des cours de perfectionnement de l'habilité à écrire et à lire en crie. Il ne faut pas oublier que la plupart des adultes ont étudié en anglais dans des pensionnats ou des écoles du sud du Québec parce qu'il n'y avait pas encore d'écoles cries dans les villages. Selon des études linguistiques, la langue crie est l'une des trois langues autochtones, avec l'Inuttitut et l'Ojibway, susceptibles de survivre au Canada.


Mamans et leur bébé sous le tipi

La scolarité


À partir de 5 ans, les élèves vont à l'école de leur communauté, qu'ils fréquentent en principe jusqu'à la fin du secondaire. Dans toutes les communautés, il parle uniquement la cri à la pré-maternelle et à la maternelle. Cependant un projet de la commission scolaire crie prévoit que, très prochainement, tous les élèves feront les trois premières années primaires uniquement en langue crie. À partir de la 4e année du primaire, les parents choisiront entre l'anglais et le français comme langue d'enseignement. Mais les élèves continueront d'avoir des cours de langue et de culture cries. Chaque semaine, tous les élèves passent du temps à découvrir le mode de vie traditionnel des Cris. Dans les grands ateliers, les garçons fabriquent des raquettes, des traîneaux et des toboggans. Ils apprennent aussi à travailler le bois. De leur côté, les filles s'initient à l'artisanat en travaillant des mocassins, mitaines brodés.


Raquettes Cris

Chez les autochtones, il y a un très grand nombre d'artistes. Peintres, sculpteurs. Ces oeuvres représentent souvent la nature et les animaux. Ils sculptent aussi bien le bois que la pierre stéatite. L'outarde est très souvent honoré dans les sculptures en bois de cèdre.
Les peintres utilisent l'huile ou l'acrylique. Leurs peintures sont vendues dans des galeries aussi bien à Montréal que Toronto.
Les grands-mères sont de véritables artistes de la broderie. Elles brodent aussi bien les mocassins, les mitaines, les bottes de motifs très colorés.
La fabrication des raquettes se fait en bois de frêne. Souple et très solide. Deux formes, soit ronde ou pointue. L'intérieur est tressé avec du cuir d'orignal. Ce sont les raquettes en babiche.


Les fêtes et les jeux font aussi parties des distractions des Cris et des jeunes. Tournoi de hockey, de balle molle. Mais le hockey est le sport favoris pour beaucoup. Des tournois inter-villages sont organisés chaque hiver et les familles se déplacent dans les villages pour aller soutenir les jeunes.
En été ils font également des concours de canot.

Et puis internet...

La télécommunication est une merveille pour les EEYOU. Après la télécopie, les Cris sont déjà à l'heure d'internet. Une entreprise de Wemindji offre même le service de réseau. L'intégration des nouvelles technologies se fait progressivement et aura une répercussion importante dans l'ouverture des cultures.
Chaque village a aussi une radio locale qui émet toute la journée la vie du village et de la musique. C'est un lien pour beaucoup de famille.
La nation Cri a son propre magazine "The Nation" qui existe depuis 1994. Il est bimensuel et tire à environ 7000 exemplaires.

Lexique


AMISKW : Castor

ASKUSTUWAAN : Restes de nourriture

ASTCHIIUGAMIKW : Tipi réservé à la préparation et à la cuisson de la viande des bois

BANDE : Historiquement, l'expression "bande indienne" désigne les collectivités.

BANIK : Pain que les autochtones fabriquent avec de la farine, de la graisse, du sel, du bicarbonate de soude et de l'eau.

BODDEN : Pâte à gâteau qui cuit lentement dans une poche de tissus.

CHISHEINUU : Aînés

EEYOU : Homme en langue crie. Désigne les Cris.

EEYOU ASTCHEE : Notre territoire.

GEEWATAU : Fête crie célébrée en juillet à Waswanipi.

IINAAIHKUNAAU : Banik en langue crie.

IINIMIICHUWAAP : Tipi

IINTAAPAANAASKUCH : Traîneau en bois.

KOKOM : Grand-mère

MEEKWECH : Merci.

MOKACAM : Festin composé de plats traditionnels à base de viande des bois et de mets comme la dinde et les canneberges en sauce.

OJIBWAY : Langue autochtone.

WAACHIYE : Bonjour tout le monde.

WAASTESKUN : Aurores boréales
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dutipialatonnelle.heberg-forum.net/forums.html
 
Les Cris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cris inscessant
» cris aigus+ gros ventre !
» cris
» intensite du cris d un eclectus sur l embryon
» Cris de mon perruchon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le bâton de paroles :: Les Peuples Premiers :: Les Nations-
Sauter vers: